↪︎ « Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin : jour unique. » (Genèse 1:5).
➔ Littéralement, il y a bien marqué « jour unique » et non « premier jour ». J’y vois une façon délibérée d’attirer notre attention sur la journée d’aujourd’hui. Alors que « premier jour » évoquerait plus la succession des jours.
➔ « Jour unique » : ce jour que nous vivons est d’une rareté absolue, il est en lui-même une pièce unique. C’est un appel à nous émerveiller d’être vivant. Et cela peut nous donner envie d’en faire quelque chose. C’est sans obligation ni chantage, bien sûr : nous sommes et serons de toute façon sous la grâce de Dieu, notre journée et notre personne sont de toute façon reconnues comme ayant leur propre valeur, infinie, de pièce unique.
➔ Je me souviens d’une grande dame. Je la revois encore : très frêle physiquement, en soucis pour son fils qui était son unique famille. Je lui ai dit que je l’admirais pour son allant ; c’était sincère de ma part. Elle m’a dit qu’elle puisait cela dans sa prière du matin, en s’éveillant. Elle avait le réveil maussade. Elle ouvrait les yeux, sur sa chambre encore nocturne ou déjà claire, et remerciait d’abord Dieu pour « ce matin de résurrection » qui lui était donné, le goûtait. Puis elle cherchait devant Dieu, lui demandant de l’inspirer, puis elle cherchait quelque chose de bon à faire aujourd’hui ou quelque chose de bien, ou quelque chose d’agréable. Quelque chose de bon c’était pour faire un qui faisait du bien à une autre personne, ce jour là elle avait appelée une copine à l’hôpital. Quelque chose de bien c’était pour elle une tâche comme de payer une facture ou de faire le ménage, une ligne qu’elle pourrait cocher dans sa liste des choses à faire. Quelque chose d’agréable c’était un petit extra comme s’offrir un croissant à la boulangerie.
➔ Je pense que cette seule prière du matin honore déjà, de toute façon, ce « jour unique, connu de l’Éternel« .
➔ Il y a là, dans cette pensée du « jour unique » une intensification de notre temps et de notre incarnation. Notre vie n’est pas seulement la banalité de jours qui se succèdent. Elle est cette journée d’aujourd’hui qui est un cadeau.
↪︎ « Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche proclamera ta louange. » (Psaume 51:17)

 

Bonsoir,

Nous vous invitons chaleureusement au culte. Quand vous le pouvez, votre participation est toujours une joie et une force.
 
Nous inaugurons ce dimanche une série de trois cultes qui sont aussi pour nous une responsabilité : car la RTS a choisi notre culte pour le diffuser en direct. Si nous ne réalisons pas ces cultes en studio (ce qui serait plus simple), c’est parce que l’assemblée se sent très bien en direct à la radio et que cela porte bien des personnes à travers la Suisse et le monde francophone. Les auditeurs, parfois isolés, pourront se sentir avec nous faire partie d’un corps, par l’Esprit.
 
Comme thème de cette série de cultes, nous nous inspirerons de la pensée et la foi de Sébastien Castellion à qui Jean Calvin avait demandé de prêcher dans le temple de Vandœuvres où nous serons. Sébastien Castellion est reconnu aujourd’hui comme le père de la liberté de pensée et de foi, il est un des tout premiers précurseurs des « Lumières ». Il résume sa pensée dans son livre inspirant « De l’art de douter et de croire, d’ignorer et de savoir ».

 ➔ dimanche prochain 23 octobre à 10h au temple de Vandœuvres (rendez-vous dès 9:40 pour répéter les chants), je vous propose de nous interroger sur : Quelle vérité dans la Bible ? Notre culte sera porté aussi par quatre motets d’Heinrich Schütz (1585–1672) avec un excellent ténor et Diego notre organiste (qui nous aideront aussi à chanter).

Dieu vous bénit et vous accompagne sur votre chemin.

Bien fraternellement

Marc

 
Marc Pernot ✆ 078 902 26 00
pasteur à Genève (Cologny-Vandœuvres-Choulex)
et sur jecherchedieu.ch