↪︎ « On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. » (Matthieu 5:15)

➔ Quand Jésus dit cela, il vient d’expliquer que chacun de nous est une « lumière du monde », par lui-même. Il ne nous dit pas de refléter la lumière de Dieu, mais de briller de notre propre lumière. C’est parce qu’elle est unique qu’elle manquerait infiniment si elle ne brillait pas tant que nous sommes en ce monde. Jésus ne nous dit pas d’être plus lumineux, car apparemment, nous le sommes déjà par nature. La question est de valoriser notre lumière.
➔ Il y a une chose qui peut l’empêcher de briller c’est si on la met sous « le boisseau ». Quelle drôle d’idée. Pourquoi est-ce que Jésus prend cet exemple du boisseau, cet instrument utilisé sur les marchés pour mesurer un volume de grains ? C’est qu’on ne peut plus voir ce qu’est cette lumière dont il parle dès lors que l’on pense la mesurer, la juger, l’acheter ou la vendre. La valeur d’une personne, la dignité de sa personnalité profonde ne peut être mesurée ni comparée car elle est infinie, comme toute chose irremplaçable.
➔ Le bon sens invite plutôt à faire rayonner cette lumière, afin qu’elle apporte ses bienfaits à un maximum de personnes. C’est ce que fait Dieu, car c’est ce qu’évoque « LE chandelier » dont parle encore Jésus : « le chandelier » c’est celui qui était dans le temple de Jérusalem, figurant la présence de l’Éternel au milieu de nous et au dedans de nous. En Christ, Dieu se fait un marchepied pour nous afin que notre lumière brille mieux sur ce monde.
➔ Cela peut nous inspirer dans notre rapport à notre prochain : au lieu de prétendre le juger, nous pouvons tenter de valoriser ce qu’il a de lumineux. Tout le monde en bénéficiera.
Bonjour,
 
Bienvenue au culte, avec reconnaissance chaque fois que nous pouvons former ainsi une assemblée, célébrant Dieu et faisant un pas vers lui grâce à cela.
 
Ce dimanche encore nous avons les honneurs de la RTS qui diffusera notre culte en direct. C’est un service que nous apportons à des milliers de personnes souvent isolées de se sentir faire partie de notre assemblée. Aux alentours du 31 octobre, nous avons chaque année une pensée pour la Réformation, comme un élan de retour à l’essentiel de la foi du Christ. À Vandœuvres nous avons reçu en héritage un personnage qui est reconnu aujourd’hui comme le père de la liberté de pensée et de foi : Sébastien Castellion (1515-1563), il nous guide dans « L’art de douter et de croire, d’ignorer et de savoir ».
 
 ➔ dimanche prochain 30 octobre : culte à 10h au temple de Vandœuvres. Si vous le pouvez, venez à 9h40 pour répéter les chants, ce sera facilité par le changement d’heure qui nous donne une heure de sommeil en plus. Je vous proposerai de nous interroger sur : « La foi et le savoir ? La prière et la science ? » Notre culte sera porté aussi par de la belle musique avec un baryton et Diego, notre organiste (qui nous aideront aussi à chanter).
 
Dieu vous bénit et vous accompagne sur votre chemin.
 
Bien fraternellement
 
Marc
 
 
Marc Pernot ✆ 078 902 26 00
pasteur à Genève (Cologny-Vandœuvres-Choulex)
et sur jecherchedieu.ch